Endorah-RPG

Venez rejoindre les troupes d'Endorah à protéger leurs royaumes, et repousser l'invasion des Indross !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un retour glacial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 23/12/2017


Feuille de jeu
Pièces d'or:
5000/5000  (5000/5000)
Points de vie:
200/200  (200/200)
Armes:

MessageSujet: Un retour glacial   Lun 1 Jan - 0:02

Depuis ces évènements traumatisants, Ivan allait là où bon lui semblait, forêts, villes, collines, sentiers perdus, auberges... tout un tas de lieu qui, en fin de compte ne lui apportait pas ce dont il avait besoin.
Durant cette périlleuse mais courte journée d'hiver, il était parti chasser malgré le mauvais temps et l'épaisse couche de neiges qui ne cessait de prendre du volume et l'empêchait de se déplacer facilement. La chasse est une des seules choses qui arrivait à calmer son esprit tourmenté. Son esprit devenait léger, concentré sur sa proie, lui faisant oublier temporairement ces terribles évènements dont il ne cesse de penser.
Il captura un petit lièvre, peu gras et faible. Il l'a poursuivi et chassé pendant une bonne heure, mais c'était largement suffisant pour fatiguer n'importe quel athlète. Son lièvre est une maigre satisfaction, mais ça lui remplirait l'estomac, peut-être pas entièrement, mais une partie au moins.
L'hiver était là, et il était rude. De nombreux paysans ont dû partir de la campagne, tant le froid mordant était paralysant. Dans le petit village de la colline, les gens racontent même que du bétail fût retrouvé mort, et congelé.
De nombreuses tempêtes eurent lieu depuis le début de l'hiver, et il semblerait que le temps ne joue pas en la faveur d'Ivan.

Voyant le temps tourner à la tempête, Ivan essayait tant bien que mal de rentrer et trouver une auberge ou le village le plus proche.
Mais malgré tout, le blizzard s'était installé et la nuit était tombée voilà bien une heure désormais.

Après de longues tentatives, Ivan devait faire face à l'impensable. Il s'était perdu pendant une tempête qui a amené un blizzard violent et la nuit sombre n'apportait aucune luminosité.
Sa monture commençait à faiblir, ses pas, de plus en plus lourds s'enfonçaient dans la neige épaisse et chaque mouvement devenait de plus en plus difficile.

Mais, par miracle, Ivan avait repéré une grotte, tout juste assez grande pour lui et sa monture. Une fois la grotte atteinte, difficilement, sa monture tombait au sol, lourdement. Le froid l'ayant extrêmement fatigué.
Après avoir trouvé quelques pierres et quelques branches qui traînaient, Ivan allumait un feu et mis son lièvre à cuire.

Il le dévorait, rapidement tant il était affamé. Après l'avoir terminé, il se sentit fatigué, il était temps de dormir.
Il s'installait là, dans sa grotte avec une couche de fortune, avec les moyens du bord. Mais au moment de s'allonger, ce qui ressemblait à un feu de torches au loin, s'approchaient lentement dans sa direction...


Dernière édition par Ivan Gregor Barzka le Mar 2 Jan - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 23/12/2017


Feuille de jeu
Pièces d'or:
5000/5000  (5000/5000)
Points de vie:
200/200  (200/200)
Armes:

MessageSujet: Re: Un retour glacial   Lun 1 Jan - 23:51

Son sang ne fit qu'un tour. Dans la précipitation, il s'est levé brusquement et laissait tomber son arc de chasse de fortune, avec lequel il a chassé difficilement son lièvre. Ces quelques bouts de branches et une corde tissée faite en fibres végétales se sont brisés. Il faut dire, ce n'est pas avec ceci qu'il pourrait vaincre un ennemi.

Ivan, un peu agacé d'avoir détruit son arc, prit son Hallebarde en main, adoptait une posture défensive, et essayait de comprendre ce que c'était. Mais, d'un coup la source de lumière finit par s'éteindre, tant le vent était violent.

Était-ce une hallucination, un rêve ? Pourquoi maintenant ? Si c'était réel, pourquoi quelqu'un irait traverser le blizzard ?  


Alors que la tempête faisait toujours rage, petit à petit, Ivan ne quittant pas les yeux de l'horizon, une silhouette semblait se dessiner à l'horizon.
Il sentait son coeur s'emballer, il se demandait même comment il pourrait vaincre cette potentielle menace, il regardait à gauche, à droite, il cherchait comment fuir en cas de problèmes, mais sans sa monture et le blizzard, la fatigue, tout ça cumulé, c'était impossible d'aller bien loin. Il se sentait piégé comme un rat.

Alors il attendait, laissant cette mystérieuse chose s'approcher, petit à petit.
La silhouette avançait difficilement, mais elle devenait de plus en plus claire en se rapprochant. On pouvait remarquer de la fourrure épaisse sur tout le corps, ainsi qu'une capuche, faite de fourrure elle aussi.
Il ne semblait pas y avoir d'armes, du moins, visibles.
Ivan se mettait contre un rocher de la grotte, il jetait un regard de temps en temps pour surveiller l'horizon, il serrait ses mains sur son arme, prêt à attaquer au bon moment.

La silhouette était plus qu'à quelques pas, elle avançait très lentement, et semblait épuisée.
Après quelques secondes, elle était enfin là, elle se jetait près du feu afin de se réchauffer.
Au vu de la taille et de la largeur de silhouette, c'est très probablement un homme.

Ivan, curieux, était de dos, l'homme ne l'ayant pas vu.
Il s'approchait lentement, ne comprenant pas trop ce que faisait cet homme, à traverser le blizzard pour se jeter sur le feu, avançait prudemment.

Et puis, au moment de poser son hallebarde sur le cou de cet homme, une voix retentit :


- Bonsoir, mon jeune ami.

Ivan, méfiant, rétorquait froidement alors :

- On se connait ? répondait-il.

L'homme lui demandait poliment donc :

- Poses ton arme veux-tu ? Est-ce ainsi que tu traites un ami ? lança t-il.

Ivan, n'ayant pas confiance en cet homme, répondait d'une voix puissante :

- Pas avant que vous me dites qui vous êtes, ce que vous faites-là et ce que vous voulez. Sinon, estimez-vous heureux que je ne vous tranche pas la gorge immédiatement. lançait-il d'un ton sec.

L'homme, amusé, se mettait à rire puis se retournait doucement, il enlevait sa capuche de fourrure et rétorquait à Ivan :

- Tu ne me reconnais pas ? C'est moi, Autharis ! lançait-il d'un ton joyeux tout en souriant.

Ivan, très surpris, reconnaissant son mentor, souriait à son tour. Le meilleur ami de son défunt père, se tenait là, devant lui. L'homme qui lui a enseigné le combat, la guerre, le maniements des armes, se trouvait là. Un sentiment de nostalgie envahissait les deux hommes.
Il était comme dans ses souvenirs, avec quelques années et des rides en plus ceci dit. Il était toujours aussi robuste qu'auparavant, il était plus petit qu'Ivan mais il restait au dessus de la moyenne.
Ses longs cheveux noirs et grisonnants étaient emmêlés et humides, sa barbe épaisse était couverte de neige et son visage déjà abîmé par les batailles qu'il a vécues souffrait d'engelures dues à la tempête.


Ivan, peu habitué des rencontres amicales était rassuré, il posait alors son Hallebarde contre le rocher, et allait donc s'asseoir près d'Autharis.

Il lui disait donc, d'un ton agréablement surpris et à la fois sérieux :

- Je... je suis surpris de te voir ici, Autharis. Cela fait tellement... tellement longtemps. Trop longtemps...
- Tu n'as pas beaucoup changé à ce que je vois ! Que... Que fais-tu ici ? Comment m'as-tu trouvé ? Pourquoi n'es-tu pas avec ta garnison ?


Autharis, répondait aussitôt d'un ton sérieux  :

- Je suis content de te revoir, Ivan. Si tu savais, je te cherche depuis beaucoup de temps ! S'exclamait-il.
- J'ai traversé de nombreuses terres, de nombreuses contrées. J'ai dû te chercher dans tous le pays, y compris dans tous les bordels hahaha ! disait-il en riant.
- Et pour euh... le reste... j'ai... j'ai dû quitter la garnison pour te retrouver. Mais ne t'en fais pas, j'ai donné le commandement de mes garnisons à mon second en mon absence, un homme digne de confiance. Il est fidèle, loyal et courageux et il était capitaine. Un capitaine du nom de Grim Thorvald. affirmait-il.
- Tu sais, j'ai affronté tous les dangers pour te revoir. Et... ça valait la peine... car je t'ai enfin trouvé, Ivan. souriait-il.
- Tu peux dire merci au village de la colline. Ce sont eux qui m'ont informé que tu étais dans les environs. Il est rare de voir un homme de ta trempe dans le coin, surtout avec un cheval aussi grand, alors quand ils m'ont raconté ça j'ai su que c'était toi haha ! lançait-il d'un ton amusé.



Ivan, écoutait son mentor lui raconter ses histoires autour du feu avec attention tout en se remémorant ses souvenirs avec lui, puis, d'un coup, il lançait d'un ton grave :

- Autharis... je suis vraiment content de te revoir. Vraiment. disait-il.
- Tu sais, depuis que... j'y repense sans cesse. Mon âme et mon esprit sont damnés. Tous ces souvenirs me hantent, jour et nuit. Et je ne peux rien y faire. Absolument rien.
- Et les gens...Quand...Quand je les entends reparler de tout ça...Tous ces gens ne comprennent rien ! Ils s'amusent et rient comme si de rien n'était. Pour eux massacrer une famille pour le pouvoir, l'argent, ils font comme si tout cela n'était pas réel. Moi je le sais, je l'ai vu. J'ai vu leurs corps, inanimés, refroidis par la mort.
Ils voient en moi un être dérangé, je le sais. Je préfère garder mes distances. Moins je les vois, mieux je me porte. Alors celui qui me cherche, je ne perds plus mon temps, je le tue. lançait-il.


Autharis, constatant le désespoir d'Ivan, sortait un parchemin et le tendait à Ivan, en disant calmement :

- Hmm... Ivan. J'ai croisé quelqu'un sur ma route qui m'a dis de te remettre ceci. Je crois que tu devrais lire ça, dès demain matin.
-Si tu le veux bien, je vais m'installer dans ce coin-là de la grotte et aller me reposer, tu devrais en faire de même. Je pense qu'on a eu une dure journée, et puis... cette tempête devrait se calmer d'ici là. Bonne nuit !


Ivan fait un signe de tête tout en ramassant le parchemin et le mit dans sa main. Il le rangeait dans un de ses sacs en cuir. Il allait se coucher près du feu, exténué, avec un rare sentiment de joie d'avoir revu son mentor, Autharis.

Le lendemain matin, le temps était redevenu calme. Il y avait des rafales de vents qui sifflaient et bourdonnaient sans arrêt il y a encore quelques heures, et désormais tout était silencieux. Tout était extrêmement calme. C'était presque surréaliste.

Ivan, se réveillant le premier, affichait une mine reposée mais aussi pensive.
Il repensait à ce qu'Autharis lui avait dit la veille, sans oublier le parchemin qu'il lui avait donné. Alors, assez curieux, il ouvrait son sac de cuir dans lequel il avait glissé le parchemin, et l'ouvrait.

Le parchemin était fait d'un papier classique mais noble, avec un sceau d'une cire sombre, rappelant la couleur obsidienne, le tout formé d'un symbole en forme d'une pierre précieuse.
Ivan l'ouvrait alors, se demandant ce que ça pouvait bien être, et voici ce qu'on pouvait lire sur ce fameux parchemin :


...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 23/12/2017


Feuille de jeu
Pièces d'or:
5000/5000  (5000/5000)
Points de vie:
200/200  (200/200)
Armes:

MessageSujet: Re: Un retour glacial   Jeu 11 Jan - 13:44


Ivan, troublé, ne comprenait pas. Il entendait Autharis se réveiller, et lui demandait alors d'un ton sérieux :

- Comment as-tu eu ce parchemin ?


Autharis, l'air encore endormi répondait d'une faible voix :


- Ah... euh bonjour.. c'est euh.. un type sur.. sur ma route. J'étais vers une auberge où j'ai passé la nuit. J'ai... j'ai raconté aux gens que... que je cherchais le dernier des Barzka et... je leur ai fais ta description. Ils... Ils m'ont dit que quelqu'un qui y ressemblait était venu dans le coin, il y a pas longtemps.


Ivan, voulant en savoir plus le questionnait encore plus :


- Un type ? De quoi il avait l'air ? Comment il me connaissait ? Il t'a dit qui il était ? Ce qu'il voulait ? Pourquoi ?


Autharis, assomé dès son réveil par tant de question rétorquait alors :

- Oula... attends laisses moi 5 minutes pour me réveiller s'il te plaît. Je.. je te raconterais tout ce que je sais, d'accord ?


Ivan, hochait la tête en signe de compréhension, et disait :


- Ok si tu veux... Je vais aller chercher de l'eau, et des feuilles de Carmellum. Cela nous fera une boisson chaude et ensuite, tu m'expliqueras tout.

Autharis, baillait tout en faisant un signe de tête.
Il s'approchait des braises du feu restantes en essayant de le rallumer.

Ivan partait alors à la recherche d'un ruisseau et d'un Carmellum. Le soleil venait de se lever, reflétait sa lumière sur la neige fraîche.
Le ciel était sans nuage et brillait d'un bleu magnifique. Il y avait quelques branches au sol et des troncs d'arbres morts arrachés dû à la tempête d'hier. Au bout d'une dizaines de minutes, il entendait un léger bruit d'eau qui s'écoulait.
Il s'avançait alors et voyait de la glace fondre, et de l'eau commençait à couler.

Il remplissait ses gourdes d'eau fraîche, tout en pensant à ce qu'Autharis allait lui dire.
Ses gourdes remplies, il cherchait maintenant un Carmellum. Le Carmellum est un arbre typique des montagnes, il a la particularité de survivre à l'hiver et de s'endormir l'été, ce qui est peu commun pour un arbre. Pour certains, c'est le signe de malédiction, pour d'autres une bénédiction, tout dépend de l'endroit où on se trouve.

Ses feuilles d'une couleur rouges sombres ont beaucoup de propriétés, comme accélérer une cicatrisation, calmer une brûlure ou encore    moulues afin d'en faire une huile de bain. Elle est parfois même utilisée en cuisine pour assaisonner un plat, typique des repas montagnards de la région.
Ses feuilles infusées dans l'eau chaude donnent un goût légèrement sucré lorsque les feuilles sont réchauffées.

Cependant sa sève d'une couleur rouge rappelant le sang, est toxique. Quelques gouttes avalées ou appliquées sur une blessure suffisent à paralyser un homme, et en plus grande quantité... c'est la mort, inévitable.

Ivan grimpait alors sur une colline qui abritait quelques Carmellums.
Il cueillait quelques feuilles, et en repensant au parchemin, il décidait de gratter l'écorce d'un arbre afin de faire couler sa sève. Il sortait une petite fiole vide, il la remplissait alors de plusieurs gouttes de sève de Carmellum. *Ça peut servir...* se disait Ivan.

Il se dirigeait alors vers la grotte, où il voyait du haut de sa colline, Autharis au loin, ramasser les quelques branches de bois aux alentours pour le feu.
Il rentrait et s'asseyait près du feu tout en préparant sa boisson chaude.
Il versait son eau et ses feuilles dans une petite marmite mise sur le feu qu'il emmenait partout avec lui.

Ivan, son regard tourné vers Autharis lui demandait alors :


- Donc ? Racontes-moi.

Autharis, répondait aussitôt :


- Eh bien, j'ai raconté aux personnes de l'auberge que je cherchais un Barzka, grand, yeux verts, armure sombre et tout le reste.
Un type est venu me voir après que la plupart des gens étaient partis ou endormis.
Il avait les cheveux... longs et bruns mais ils étaient attachés, à vu d'oeil je dirais la trentaine. Il était habillé de cuir et de peau de bête, mais n'avait pas franchement l'air d'un guerrier.
Il m'a demandé si le Barzka que je cherchais était bien Ivan, Ivan Gregor Barzka, ce à quoi j'ai répondu oui.
Il m'a donc demandé de te remettre ce parchemin si je te trouvais. Au début je n'ai pas compris pourquoi, alors je lui avais demandé ce qu'il voulait, qui il était. Il m'a répondu qu'il ne pouvait pas me le dire, mais qu'il t'attendrait ici. Il n'avait rien voulu me dire de plus, même pas son nom.

Je sais pas ce qu'il te veut, mais si j'étais toi, j'irais voir. Au moins pour connaître le nom de la personne qui te cherche.


Ivan, versait sa boisson chaude dans des gourdes, en tendant une à Autharis, était très attentif, il rétorquait alors :

- Bien. J'irais voir. Au fait, tu ne m'as pas dis pourquoi tu me cherchais. Y-a t-il une raison valable ou est-ce une simple visite de courtoisie ?


Autharis souriait, et lui répondait :

- Hhmpf, eh bien déjà te retrouver pour savoir si tu es en vie. Ensuite euh... Ensuite... je pense qu'il est temps de revenir chez toi, quand tu en auras envie, bien sûr. Mais tu ne peux pas rester là à vagabonder à gauche à droite sans raisons, c'est pas une vie. Et tu sais tu as quelques affaires à régler. Et si tu as besoin de mon aide, je serais là pour t'épauler.


Ivan sentait de la rage monter en lui, buvait une gorgée de la boisson et répliquait alors :

Tu... tu as sûrement raison. Cela fait bien longtemps après tout. Il est temps que les affaires reprennent. J'en ai assez de cette vie misérable, à chasser le gibier, trouver un endroit isolé pour m'abriter la nuit.
Je ne changerais pas c'est certain, je serais toujours comme je suis. Mais je veux changer ce monde pourrit par le pouvoir, l'argent, la cupidité, la jalousie. Je vais aller voir ce... type. Ji'rais voir ce qu'il veut. C'est loin l'Auberge où tu étais ?


Autharis content de voir Ivan prêt à en découdre répondait alors :

- Quelques jours à cheval, vers le Sud-Ouest, après les plaines. Il fera meilleur qu'ici déjà, tu peux me croire haha !
Et puis... je pense que ça te fera du bien, malgré ton... tempérament.
Je... je vais retourner à ma garnison, je dois vérifier que Thorvald n'a pas tout fait foirer haha !
Comme je te disais, si tu as besoin de mon aide, tu sais où me trouver, j'ai pas bougé d'endroit.
Tu devrais donner un peu de ta boisson à ton cheval, il a l'air un peu affaiblit. En tout cas ça réveille les sens dis donc !



Ivan répondait alors :


- Merci Autharis. Je te dis à bientôt cette fois.


Autharis s'approchait d'Ivan et le serrait dans ses bras amicalement en lui disant :


- Content de t'avoir revu, Ivan. On se reverra bientôt mon ami. Prends soin de toi. Et t'as intérêt à revenir hein ! j'irais pas te chercher deux fois dans le froid dans cette montagne perdue, hahaha !

Ivan souriait, content d'avoir revu son mentor.
Il faisait un dernier signe de main à Autharis qui était parti rejoindre sa monture qui était abritée sous un arbre, plus loin afin de le protéger un peu de la tempête.
Ivan, remonté, se préparait alors à partir. Il éteignait son feu, préparait son cheval, et se mettait donc selle en direction du Sud-Ouest.



Après deux longues journées de route à cheval, Ivan arrivait enfin devant cette fameuse Auberge. Elle était grande, très grande pour une auberge. De nombreuses personnes y allait, ainsi que de nombreuses races d'êtres vivants. On pouvait y voir des humains, des nains, des elfes, même des hybrides !

Il ne s'était rien passé d'intéressant durant ces deux jours, si ce n'est qu'il a pu faire reposer et donner à manger à son cheval, et déguster un bon repas. Ses pensées étaient focalisées sur ce parchemin, cette personne qui voulait le voir. Il imaginait tous les scénarios possibles, mais une chose était sûre, il était enfin prêt à se battre.


Il posait et attachait son cheval dans une grange. Le soleil allait se coucher, des gens s'en allaient, rentrant chez eux.
Il entrait donc à l'Auberge, qui commençait à se vider peu à peu, l'air confiant, tout en restant très observateur et méfiant. Il se remémorait les paroles d'Autharis. Il cherchait un homme trentenaire, aux cheveux longs et vêtu de cuir. Après quelques secondes à chercher, Ivan entendait une voix derrière lui :


- C'est vous, Ivan Barzka ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un retour glacial   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un retour glacial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endorah-RPG :: Endörâh :: Lieux divers :: Massif montagneux-